vendredi 24 février 2017

A LIRE : La Bataille de Verdun - 300 jours 300 Tweets par N. Czubak et J. Dumont

Hier j'ai reçu une enveloppe contenant l'un de ses derniers ouvrages de Nicolas Czubak
et Jérôme Dumont ; la Bataille de Verdun y est traitée de manière originale et "moderne".

La Bataille de Verdun - 300 jours 300 Tweets par N. Czubak et J. Dumont

Publié en février 2017 par les Editions Ysec, ce livre, reçu gracieusement, aborde la Bataille
de Verdun sous la forme de "tweets" rédigés à partir de témoignages, d'articles de presse,
d'historiques et de journaux de marches de régiments français et allemands,
en gardant à l'esprit la rigueur de l'historien.

 Illustré par des photos, des cartes postales, des plans... cet ouvrage contentera
les passionnés de la Bataille de Verdun et de la Grande Guerre.
_______________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

mercredi 22 février 2017

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (XVIIIe-1851) et lavoir (1851)

Quasiment à la fin de la Grande Rue du village de Goussaincourt, juste avant les bois,
une fontaine monumentale et un lavoir modifié attendent les visiteurs
et/ou les randonneurs d'un jour.

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)

 Élevée sur la source du ruisseau du village (dit de Bermont), la fontaine de Saint-Gervais-et
Saint-Protais remonte à la seconde du XVIIIe siècle, avec une première restauration
en 1804 au moment de la construction du lavoir tout proche.

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)

En 1819, l'architecte Viller-Curel changea l'emplacement de la prise de la fontaine.

En 1832, l'entablement fut complété par une couronne de triomphe et d'un vase en fonte.

 En 1851, l'architecte Pierre Thiébaut de Void-Vacon associé à Gilbert Bridier, entrepreneur
à Mauvages, restaurèrent encore le lavoir de Goussaincourt.

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
L'eau jaillit sous un arc en plein cintre ; de part et d'autre se trouvent des bassins rectangulaires
servant jadis d'abreuvoirs pour le bétail du village
GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
Les statues de Saint-Gervais et Saint-Protais dans leur niche à conque en cul-de-four
encadrée de pilastres lisses soutenant l'entablement dorique
GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)

Saint-Gervais et Saint-Protais étaient des jumeaux, fils de Saint-Vital de Ravenne et de la
bienheureuse Valérie et vivaient au 1er siècle sous le règne de l'empereur Néron.

Les statues des deux saints ont perdu chacun une main : la droite pour Saint-Gervais
et la gauche pour Saint-Protais.

Barbus, moustachus et aux cheveux mi-longs ondulés, Saint-Gervais et Saint-Protais
sont vêtus d'un drapé proche de la toge romaine.

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
Couronne de triomphe en feuille de chêne renfermant le millésime 1832 ;
un vase en fonte est posé au sommet

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
Statue de Saint-Gervais sur son socle à volutes et dans sa niche encadrée de pilastres
GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
Socle à volutes et inscription latine S(ancti) GERVASII

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
Statue de Saint-Protais sur son socle à volutes et dans sa niche à pilastres
GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
Socle à volutes et inscription latine S(ancti) PROTASI

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)

GOUSSAINCOURT (55) - Fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais (1804-1851)
La fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais et le lavoir communal transformé en salle polyvalente

Le lavoir de Goussaincourt a été élevé en 1851 par l'architecte P. Thiébaut de Void-Vacon,
à l'emplacement d'un édifice plus ancien daté de 1804. 
_______________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

mardi 21 février 2017

LUDRES (54) - Animation médiévale à l'exposition "Les 540 ans de la Bataille de Nancy" (25 fév. 2017)

A la fin de la dernière semaine de l'exposition "Les 540 ans de la Bataille de Nancy 1477-2017",
la médiathèque de Ludres accueillera les membres de la compagnie médiévale Historica Tempus
de Ludres et Mr Crouzier de l'Association de la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port
pour un après-midi autour du Moyen Age...

LUDRES (54) - Animation médiévale à l'exposition "Les 540 ans de la Bataille de Nancy" (25 fév. 2017)

Venez donc passer votre après-midi du samedi 25 février 2017 en compagnie
d'Historica Tempus et Mr Crouzier !

Profitez-en pour voir ou revoir l'exposition ! 

Pour en savoir plus sur les horaires d'ouvertures, c'est par ici : http://mediatheque.ludres.com/

_______________________________



Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

lundi 20 février 2017

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

Taillancourt, petit village meusien, peut être fier de son patrimoine et notamment
de son remarquable lavoir construit dès la seconde moitié du XVIIIe siècle.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

Alimenté par un bras de la Meuse, ce lavoir a été largement restauré par l'architecte de
Vaucouleurs, Merdier, en 1853, avec le concours de Claude Paulon Aîné,
entrepreneur à Maxey-sur-Vaise.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

 De forme rectangulaire, ce bâtiment jadis destiné aux lavandières du village, est éclairé
par quatre baies rectangulaires côte rue et par la toiture à tuiles violon ajourée par un lanterneau.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles) 

L'accès à l'intérieur du lavoir se faisait par quatre portes en plein cintre en pierre de taille ;
aujourd'hui seules deux d'entre-elles n'ont pas été murées.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

Le bassin central de forme rectangulaire, arrondi à l'extrémité est, est éclairé
par les quatre baies du mur sud et partiellement par la partie ajourée de la toiture.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

La charpente en bois de la toiture se compose de cinq grosses poutres supportant chacune
deux poinçons sur lesquels reposent le lanterneau se trouvant au-dessus du bassin.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

Des colonnes de fonte permettent d'étayer les poutres principales.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

 Lors de mon passage, en février 2017, le bassin débordait de l'eau du bras de la Meuse.

Il faut imaginer, qu'autour de celui-ci, des agenouilloirs de bois (en pâtois boquet, chabot ou
choyotte) rembourrés de toile de jute garni de chiffons ou de papier
journal servaient aux laveuses.

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)

TAILLANCOURT (55) - Le lavoir (XVIIIe-XIXe siècles)
 La charpente de la toiture principale et du lanterneau
_______________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

samedi 18 février 2017

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison natale de Jeanne d'Arc (XVe siècle)

Village de Domrémy-la-Pucelle est réputé pour son lien avec Jeanne d'Arc, la pucelle qui y serait née
vers 1412 dans une maison "médiévale" que je souhaite vous présenter ci-dessous !

Évidemment avec toutes les modifications, cette maison ne ressemble plus vraiment à
celle que Jeanne d'Arc a connu dans sa jeunesse.

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Maison de Jeanne d'Arc dans son environnement au début du XIXe siècle, coincée
entre celles d'Elophe Liétard et Toussaint Humblot 

 Plan de Domrémy-la-Pucelle établit par Prosper Jollois au début du XIXe siècle ; l'église avait son
orientation originelle et la maison natale de Jeanne d'Arc était encore incluse dans un groupe
de maisons appartenant aux familles Gérardin, Humblot, Liétard et Boudin

La maison natale de Jeanne d'Arc restera dans "sa" famille jusqu'au XVIe siècle.

Elle sera achetée, en 1586, par Louise de Stainville, comtesse de Salm avant de passer,
par ascensement, en 1611, à Germain Toussaint.

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc

Avec les troubles de la guerre de Trente Ans, les propriétaires et les locataires ne sont pas connus.

 En 1700, la maison formait le douaire d'une certaine Nicole Floquet qui la fait entrer
dans le patrimoine de la famille Gérardin.

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
La maison aujourd'hui

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
La maison au XIXe siècle
DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc



DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc


DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
La maison en 2010

La maison actuelle se compose d'un rez-de-chaussée avec quatre pièces plafonnées
à la française, un étage et un grenier.

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison natale de Jeanne d'Arc (XVe siècle)
 La maison en 2016
DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison natale de Jeanne d'Arc (XVe siècle)

L'éclairage est assuré par trois fenêtres, deux à meneaux et l'autre à croisillons.

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc

Extrait du dépliant de présentation de la Maison de Jeanne d'Arc avec le plan

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
La maison en 2010
DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison natale de Jeanne d'Arc (XVe siècle)
L'entrée en 2016

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Porte d'entrée avec un linteau en accolade trilobé contenant trois écus armoriés
(en 2010)

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison natale de Jeanne d'Arc (XVe siècle)

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Le tympan, daté de 1841, montre trois blasons aux armes de France
(au centre : d'azur aux trois fleurs de lys d'or), 
de Jeanne d'Arc
(à droite : D’azur à une épée d’argent garnie d’or mise en pal, surmontée d’une couronne
et accostée de deux fleurs de lys le tout d’or.) 
et de famille des Thiesselin
(d'azur, à trois socs d'argent, la pointe en haut, et une molette d'éperon d'or en cour.)


DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Fenêtre à meneaux (Fin XVe ou début XVIe siècle)

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison natale de Jeanne d'Arc (XVe siècle)
La niche en 2016

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Niche gothique contenant les restes d'une statue de la Pucelle (datée du début du XVIIe siècle).
Jadis, elle avait les mains jointes ! (en 2010)

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Pièce où Jeanne vit le jour. On remarquera la cheminée du XVIe siècle et la statue
de Jeanne en bronze du XIXe siècle.

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Chambre des frères des Jeanne d'Arc avec sa cheminée
DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc

DOMREMY-LA-PUCELLE (88) - Maison de Jeanne d'Arc
Statue en bronze figurant la Pucelle. Cette œuvre, exécutée par les fondeurs parisiens Soyer
et Inger en 1840, a été offerte par la princesse Marie d'Orléans, seconde fille
de Louis-Philippe 1er, roi des Français.
 ____________________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés