Rechercher dans ce blog

mercredi 22 mars 2017

LUDRES (54) - Conférence "Le rôle des femmes pendant la Grande Guerre" (7 avril 2017)

Le Cercle d’Études Locales et la Médiathèque de Ludres organisent une conférence
sur "Le rôle des femmes pendant la Grande Guerre"
animée par Raymond Aubry

LUDRES (54) - Conférence "Le rôle des femmes dans la Grande guerre" (7 avril 2017)

Renseignements
 
  Cercle d'Etudes Locales de Ludres Mr Pierre Claudotte 

Médiathèque de Ludres 
31 Place Ferri de Ludre -54710 LUDRES 
Téléphone : 03 83 25 25 50 Courriel : mediatheque@ludres.com
____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

mardi 21 mars 2017

VILLEY-SAINT-ETIENNE (54) - Commémoration centenaire des Américains au Fort du Vieux Canton (2 avril 2017)

Le dimanche 2 avril 2017, de 10 heures à 18 heures, au Fort du Vieux Canton,
de nombreuses animations vous attendent pour célébrer l'entrée
en guerre des Américains.

VILLEY-SAINT-ETIENNE (54) - Commémoration centenaire des Américains au Fort du Vieux Canton (2 avril 2017)

 
Animations :
 
- Troupe de reconstitution
- Cuisson du pain au four du fort
- Visite de casernement
- Marché paysan avec producteurs locaux
- Atelier de confection de Nenettes et Rintintins pour les enfants

 - Exposition "Les Américains dans le Toulois"

à 14h : Concert avec le Jazz Partner's Band

à 16h : conférence "Les Américains dans le Toulois en 1917"
par Philippe Bruant

Pour en savoir plus : 

Mairie de Villey-Saint-Étienne
31 rue Neuve
54 200 Villey-Saint-Étienne
Tél : 03 83 62 97 34
 
Parking gratuit, entrée libre, buvette et petite restauration sur place.
____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés
 

lundi 20 mars 2017

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)

Le Musée Georges de la Tour conserve quelques statues religieux dignes d'intérêt comme le grand
Saint-Christophe en bois polychrome de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)

De près de 4 m de hauteur, ce Saint-Christophe, qui a perdu ses pieds, affiche un costume bleu
aux manches légèrement relevées, col et ceinture nouée rouges ; des boutons
dorés maintiennent fermé son vêtement et le décorent.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)

Avec l'Enfant Jésus, juste vêtu d'un pagne, placé sur son épaule gauche,
Saint-Christophe s'appuie sur un grand bâton qui l'a aidé à traverser la rivière.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)
 Saint-Christophe regardant au loin et l'Enfant Jésus à califourchon sur son épaule gauche
VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)
Visage de Saint-Christophe aux cheveux à la barbe ondulés ; ses yeux sont grand ouverts

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)
 L'Enfant Jésus, juché sur l'épaule gauche de Saint-Christophe, joint ses mains
VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)
La main gauche de Saint-Christophe vient se poser sur sa hanche juste à côté de sa ceinture nouée

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : Statue de Saint-Christophe (Fin XVIIe-Début XVIIIe siècles)
 Main de Saint-Christophe tenant fermement son bâton

____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés


dimanche 19 mars 2017

NANCY (54) - Rue de Guise

Lors de sa création au XIVe siècle, la rue de Guise était dénommée Rue du Cardinal, puis au fil
des siècles, elle prit le nom de Rue de l’Espérance en 1793, Rue Crébillon en 1795, Rue
Saint-Pierre en 1814 avant de porter son nom actuel, à partir du 7 février 1867.

Le vocable de Guise a été choisit en mémoire du premier duc, Claude de Lorraine, 5e fils
du duc René II de Lorraine et de la duchesse Philippe de Gueldre.

NANCY (54) - Rue de Guise
Début de la Rue de Guise depuis celle des Loups

Des deux côtés de la Rue de Guise, des hôtels particuliers se sont développés avec de remarquables
portes et portails à pilastres, moulures, frontons, cartouches et même têtes humaines.

    Les plus remarquables se trouvent au n° 2 avec l'Hôtel de Martigny, et au n°4 avec
l'ancien Hôtel Lunati-Visconti dont la façade renaissance a été remontée
à Jarville-la-Malgrange, au château de Renémont !

Au n°8, vous trouverez l'Hôtel de Rouvrois, et au n°12, l'Hôtel de Bassompierre.

Au n°18, vous avez également l'Hôtel de Guise, établissement de tourisme.

NANCY (54) - Rue de Guise
Portes assez semblables avec leurs fins pilastres soutenant linteaux
et légers entablements
NANCY (54) - Rue de Guise

NANCY (54) - Rue de Guise
Porte avec de fins pilastres et à fronton triangulaire largement interrompu

NANCY (54) - Rue de Guise

NANCY (54) - Rue de Guise

NANCY (54) - Rue de Guise
Portail à arc surbaissé et clef d'arc ornée d'un décor végétal

NANCY (54) - Rue de Guise
Portail à arc en anse de panier et vantaux en bois d'origine cloutés

NANCY (54) - Rue de Guise
Portail monument d'entrée de l'ancien hôtel Lunati-Visconti avec sa balustrade ajourée à pots à feu
NANCY (54) - Rue de Guise

NANCY (54) - Rue de Guise
Hôtel Lunati-Visconti - Tête de déesse ornant la clef d'arc du portail

NANCY (54) - Rue de Guise
Hôtel de Martigny - Portail finement ouvragé

L'Hôtel de Martigny a été construit de 1608 à 1610 par Pierre Fourrier, receveur
et céllerier du duc de Lorraine Charles III.

Au XVIIIe siècle, il devient possession du comte de Martigny.
NANCY (54) - Rue de Guise
Hôtel de Martigny - Pilastres vermiculés soutenant un entablement composé d'un linteau à décor
floral et griffes à mufles de lion au-dessus se trouve un fronton semi-circulaire
dont la partie centrale est interrompue par un excroissance végétale.
NANCY (54) - Rue de Guise

____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

mercredi 15 mars 2017

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles) menacée !

A l'invitation de son propriétaire, je me suis de nouveau rendu à Clerey-sur-Brenon pour y
découvrir la Chapelle du Calvaire, édifice religieux des XVIe-XIXe siècles.

Elle mérite un meilleur traitement selon son propriétaire qui n'a pas les finances
nécessaires pour lui redonner son éclat d'antan !

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

Cette chapelle de forme légèrement rectangulaire a gardé une bonne partie de son décor peint
du XIXe siècle sous lequel se trouvent les restes "piqués" de peintures plus anciennes
remontant à la fin du XVIe siècle ou début du XVIIe siècle.

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

Le Christ en croix remonte apparemment du début du XVIIe siècle.

La Vierge et le Saint-Jean l’Évangéliste sont plus tardifs, fin XVIIIe ou début XIXe siècle.

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

Le Christ en bois a conservé sa polychromie, probablement un repeint.

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

L'autel galbé, affichant en son centre la Croix de Malte, remonte sans doute au XVIIIe siècle.

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

Les peintures du XIXe siècle ont pour thème les instruments de la Passion du Christ dans
un décor floral à pilastres à chapiteaux végétaux.

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

 Sur le mur ouest subsiste des restes de peintures renaissance à décor d'architecture à l'antique composé de deux colonnes à chapiteau corinthien soutenant un entablement.

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

Le plafond semble assez intéressant et mérite qu'on s'y intéresse, parole d'une restauratrice
de fresques et peintures murales que je connais via les réseaux sociaux !

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)

CLEREY-SUR-BRENON (54) - La Chapelle du Calvaire (XVIe-XIXe siècles)
Deux des dix angelots placés sur le plafond autour du lustre

Si vous souhaitez faire quelque chose pour la préservation et la restauration de cette chapelle,
 en proposant un financement par exemple ? Envoyez-moi un email que
je transmettrai au propriétaire de la chapelle ! 

____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

mardi 14 mars 2017

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Au cœur de la cité vosgienne de Mirecourt, se dressent les halles construites à partir de 1614.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

En remplacement de halles en bois, le duc Henri II de Lorraine (1608-1624) exigea, dès le 23 juin
1614, l'édification de nouvelles, en pierres ; l'architecte Jean La Hire fut alors chargé
de mener à bien les travaux. Il avait alors une boucherie au-dessus des anciennes halles.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Ces derniers s'achevèrent en 1617. Les habitants pouvaient utiliser les fours banaux s'y
trouvant, moyennant un cens de 6 francs (somme déjà fixée par le duc
Antoine de Lorraine le 29 octobre 1540).

Le 16 mars 1617, un contrat fut passé pour l'acquisition de bois de charpente, laissant
donc imaginer que les halles furent terminée dans la seconde moitié de l'année.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Gravure tirée du livre de François Clasquin sur Mirecourt

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
La façade occidentale avec ses deux tours à escaliers
MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Le 12 octobre 1664, 3 000 francs furent octroyés à la cité de Mirecourt pour la réfection des halles
qui avaient subi de graves dégradations lors du passage des Suédois. Cette allocation
financière fit suite à un décret du 2 novembre 1663.

La charpente de bois qui coiffe le bâtiment date de cette époque comme nous le verrons plus loin.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Façade occidentale - Le balcon à balustrade ajourée, la porte renaissance
encadrée par des fenêtres à meneaux

Les restaurations achevées, le curé de Mirecourt fit placer la "lanterne", sorte de fourche
patibulaire, jadis derrière la Croix de la rue haute, devant les halles.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Vue depuis la rue de Chanzy

Le 26 mars 1707, Pierre Guivernet fut choisit pour le remplacement de la toiture des halles (pour la
somme de 226 francs et 2 blancs). D'autres réfections furent nécessaires en 1742 et 1786.

MIRECOURT (88) - Les halles
La façade sud avec ses arcades et ses fenêtres à meneaux
MIRECOURT (88) - Les halles

En 1860, la balustrade, ajourée d'entrelacs, fut ajoutée à la façade occidentale.

Depuis 1913, les halles de Mirecourt sont classées monument historique.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Vue depuis la rue de Chanzy

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
La façade sud avec la tour et sa porte donnant accès à l'escalier menant à l'étage

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Construites en style renaissance tardif, ces halles sont les plus anciennes après celle de Vézelise (visibles  ici). Composées d'une façade à deux tours d'escaliers encadrant un corps central
à balcon à balustrade (1860), ces halles se composent d'un rez-de-chaussée charpenté
à arcades en plein cintre et d'un étage à fenêtres à meneaux !

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Le rez-de-chaussée charpenté et ses arcades.
MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Balustrade à entrelacs de 1860, copie d'une située dans une cour privée de la rue Chanzy
MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

La porte d'accès à la grande salle de l'étage présente un décor emprunté à l'architecture antique :
deux pilastres lisses à chapiteaux comportant une imposte ornée d'oves et feuilles soutiennent
un entablement mouluré dont la partie centrale affiche des métopes nues et triglyphes ;
le centre de la frise est occupée par un cartouche jadis peint ou portant une inscription,
au centre la clef d'arc a deux volutes et un fleuron.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Escalier depuis la tour nord-ouest


MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Sous la tour nord-ouest, on trouve deux plafonds finement sculptés d'entrelacs
de fleurons et de fleurs épanouies.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
Escalier depuis la tour sud-ouest

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Comme pour l'autre tour de la façade occidentale, on retrouve deux plafonds de dalles calcaires
sculptées ; la première est composée d'entrelacs géométriques et la seconde affiche
la date 1617 et les initiales centrales "MV ou VM", dans un cartouche.

Le millésime "1617" est la date officielle d'achèvement des halles.

Quand aux initiales, elles correspondent sans doute à un maître d’œuvre, mais lequel ?

Jean La Hire était alors l'architecte chargé de la construction du bâtiment !

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Après une visite rapide de l'étage des halles, il faut poursuivre en empruntant l'escalier à vis
de la tour sud-ouest qui nous mène dans les combles pour admirer la charpente en bois.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

Arrivé en haut des escaliers et après avoir poussé la petite porte en bois, on découvre une
exceptionnelle charpente, qui d'après la dendrochronologie effectuée le 14 décembre 2016
sur quatre jambes de force, remonterait à l'année 1664. L'achèvement de cette
structure en bois complexe se situerait vers 1669, date que l'on retrouve
sur l'une des poutres située près du mur ouest.

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)

MIRECOURT (88) - Les halles (1614-1669)
L'une des premières poutres affiche les lettres "AR", qu'il faut comprendre comme une abréviation
d'architecte ; on trouve ensuite l'inscription "VAI : DE : GUI :1669"
___________________________

 Situation de la ville de Mirceourt dans les Vosges


Localisation des halles dans Mirecourt
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ici )

____________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2013-2017 © Tous droits réservés